Fondation des États-Unis | Du 6 au 25 octobre : Expo « Once Upon a Quilt: l’Amérique comme Patchwork » | Vernissage le 5 octobre
19383
single,single-post,postid-19383,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive

Du 6 au 25 octobre : Expo « Once Upon a Quilt: l’Amérique comme Patchwork » | Vernissage le 5 octobre

Du 6 au 25 octobre : Expo « Once Upon a Quilt: l’Amérique comme Patchwork » | Vernissage le 5 octobre

Once Upon a Quilt: l’Amérique comme Patchwork
Une exposition de quilts de la collection de Charles-Edouard de Broin

Métaphore géographique de l’Amérique dans tous ses états, le patchwork décline depuis toujours son histoire.

Cette pratique de seconde main, fondée à l’origine sur le recyclage de chutes de tissu (« scraps »), commence dès la période coloniale et scande l’avancée de la nation jusqu’à la période contemporaine.

Fidèles au principe énoncé par Tocqueville (en 1835) selon lequel « les nations démocratiques préfèrent habituellement l’utile au beau »,  les quilts américains se sont d’abord définis par leur valeur d’usage, ce qui ne les a pas empêchés de devenir des objets esthétiques. La beauté de ces pièces maîtresses du folk art américain n’est plus à démontrer : variété des modèles, choix des coloris, agencements des tissus, les combinaisons en la matière sont d’une infinie richesse et c’est  à juste titre que ces quilts ancrés dans le quotidien des jours ouvrables ont peu à peu accédé au rang d’œuvre d’art.

Du classique « Log Cabin » (et de ses variations) au quilt afro-américain coloré et « jazzy » en passant par le géométrique « Amish »  ou encore le « Friendship Quilt » (ouvrage collectif, conçu pour une grande occasion), le patchwork reste ainsi, sew to speak, l’un des plus sûrs vecteurs de l’expression populaire américaine, énonçant, quilt après quilt, la fabrique la nation.

La Fondation des Etats-Unis présente aujourd’hui un florilège de cette pratique constitutive du patrimoine culturel américain, témoignant de sa magnifique diversité, que Charles-Edouard de Broin, inconditionnel savant du patchwork nous fait le plaisir et l’honneur de partager à travers sa collection personnelle.
Dans le droit fil de cette exposition, une seconde lui fera suite : « Le fil de la désobéissance : les Crazy Quilts », du 3 au 30 novembre (vernissage le mercredi 2 novembre 2016).

~Géraldine Chouard, Commissaire de l’exposition

Charles-Edouard de Broin, collectionneur :

« Sensible dès mon jeune âge à l’art populaire, j’ai rencontré le monde du patchwork du fait de mon activité professionnelle d’explorateur pétrolier, d’abord à Sydney, puis de façon plus approfondie à Houston, au Texas, la Mecque des fans du patchwork, où j’ai résidé de longues années.
Mon penchant esthétique pour ces quilts (fascination pour leur géométrie et leur impact graphique) s’est vite transformé en une passion pour leur dimension historique et culturelle, désormais l’objet majeur de mon intérêt pour la pratique.
Collectionneur de quilts depuis plus de trente ans, mes goûts ont évidemment évolué, des « Log Cabin » (icône du genre) et de ses variations, aux quilts plus audacieux et/ou abstraits, en passant par les vibrants «  Amish », avec aujourd’hui un penchant nouveau (et sans doute un peu fou) pour les « Crazy »… »

Géraldine Chouard, commissaire de l’exposition

Professeure à l’Université Paris-Dauphine, Géraldine Chouard est spécialiste de culture visuelle américaine, notamment de patchwork, son domaine de recherches. Ses travaux portent sur la valeur historique et culturelle de la pratique. Elle a collaboré à plusieurs expositions, notamment « Quilt Art: l’Art du patchwork », au Centre Mona Bismarck Center  en 2013.
Elle a réalisé avec Anne Crémieux (Université Paris-Nanterre) deux documentaires sur des artistes du patchwork, Riché Richardson: Portrait of an Artist. From Montgomery to Paris (2009) et Gwendolyn Magee, Mississippi. Threads of History (2012).
Elle a fait partie du comité de rédaction de L’Amérique des images, collectif consacré à l’histoire et culture visuelles des Etats-Unis (Hazan/ Paris-Diderot, 2013).
Membre du comité de rédaction de Transatlantica depuis 2001, elle y dirige la section « Trans’Arts », consacrée aux arts visuels américains. Découvrez sa biographie détaillée ici.

Horaires d’ouverture

Du lundi au vendredi de 10h à 12h30 et 14h30 à 18h.
Visite le soir ou weekend sur rendez-vous : culture@feusa.org

Le vernissage aura lieu le mercredi 5 octobre à partir de 19h dans le cadre d’Art-Hop-Polis, le art hopping à la Cité internationale. Sept autres maisons – Espagne, Suède, Suisse, Inde, Portugal, Tunisie et Canada – vous invitent également à découvrir leurs expositions. Le programme détaillé sera disponible sur CitéScope prochainement.

Inscrivez-vous à l’événement Facebook pour recevoir un rappel !